• Mémoires d'immigrés l'héritage maghrébin 1 - 2 - 3

    L'intégrale disponible

    Sur le principe de l'interview, viennent s'expliquer et se confier les parents, leurs enfants, et les acteurs politiques et économiques qui ont influé sur le cours de l'immigration française.

    Tout ce que les parents pudiques n'ont jamais voulu raconter à leurs enfants ou à une caméra.

    Il y a les moments de naïveté où le Tunisien Khémaïs raconte en pleurant son arrivée à Marseille, «la chéchia jetée à la mer», puis les boulettes de viande préparées par la mère et jetées aux poissons», avant de découvrir la dure réalité de la France, «la solitude à la gare St-Charles, avec les gens qui passent sans vous regarder», lui, habitué à la chaleur constante des rues tunisiennes.

    Arrivent les enfants, une séquence de la fin du film où domine le témoignage de Soraya. Après avoir élevé ses frères et soeurs pour aider une mère analphabète, elle a gagné sa liberté de française d'origine maghrébine en devenant avocate et en prêtant serment avec une main rougie au henné.

    « Dans ce face-à-face entre l'émotion des premiers qui se racontent et la froideur des seconds qui s'expliquent, la réalisatrice a fait le choix d'un synopsis didactique. » (Libération.fr)

    « On n'avait pas le choix » « On est venu pour travailler » François Ceyrac, ancien président du CNPF : « Ce n'était pas des Musulmans, c'était des citoyens français. Ils venaient d'Algérie pour faire marcher l'usine française. »

    Yamina Benguigui, la réalisatrice, Française d'origine algérienne : « Ce que j'avais reçu en héritage, finalement, c'était vraiment un très, très long silence, des non-dits. J'ai des souvenirs de douleur, de souffrances, d'une larme, de quelque chose qui fait mal mais je ne pouvais pas mettre de mots là-dessus. »

    « Lorsqu'on parle d'intégration, c'est la population maghrébine. Parce que c'est la première fois que la France doit digérer dans son Histoire une composante de sa société qui est musulmane. »

    Sortie : 04 02 1998 - 23 02 2008 (Immigrant Memories) Diffusion : Mai 1997 sur Canal +
    Durée : 2 h 32 mn
    Réalisation : Yamina Benguigui Images : Virginie Saint Martin, Bakir Belaïdi Coproduction : Bandits Productions et Canal+ Découpage : Trois parties : Les pères - Les mères - Les enfants


     

    « Égypte - la révélation des pyramides Fabriquer la contestation : la verité en Syrie - lizzie phelan »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks